Tribune d'expression politique

 

Groupe Port-Marly Autrement

Pollution, embouteillages, nuisances sonores et esthétiques, dangerosité de la N13, effets néfastes sur la santé, un seul bus (259) pour aller vers Nanterre… et si l'on revenait à la belle époque du tramway ? Le tramway à vapeur Rueil-Marly fut inaugurée le 14 avril 1878. Puis, ce fut le réseau électrique qui remplaça la vapeur en 1911. Mais la première guerre ainsi que le développement des industries pétrolières et automobiles laissèrent place à l'autobus dès 1926. Ainsi fut supprimée en 1932 la ligne Saint-Germain/Paris.

A l'heure actuelle, un projet prévoit de prolonger le Tram 1 depuis Colombes jusqu'à Nanterre et Rueil-Malmaison sur 7,5 km. Et si Rueil n'était pas le terminus définitif ? Luc Wattelle, le maire de Bougival "souhaite qu'une étude de faisabilité soit réalisée en 2019 sur ce sujet" et a rallié à sa cause ses deux voisins, Louveciennes et Port-Marly. A cela, la région répond "pour réaliser un projet comme celui-là, il faut une volonté politique, qu'il réponde à des besoins réels, que cela soit techniquement réalisable, et qu'il y ait des financements"  

Intention d’aménagement de la rue Paul Doumer à Rueil-Malmaison © BluePrint / Île-de-France Mobilités

Les avantages seraient de plusieurs ordres : diminution potentielle du trafic routier et développement d'un service de transport rapide, fiable et confortable; réponse à l'augmentation de la population et enfin connexion aux pôles majeurs de transports comme Nanterre-Université. Enfin, il est permis d'espérer que cela nous permette de ré-apprivoiser ce paysage urbain malmené depuis trop longtemps. 

Mais comme la réalisation du tram sera à long terme, pourquoi ne pas développer "l'autopartage" ? Il ne s’agit bien entendu pas de se lancer dans des opérations aventureuses pour la commune comme le contrat Autolib initialement mis en œuvre par la mairie de Paris, mais de partenariat avec des sociétés privées n’entrainant aucun coût pour la collectivité. Le service d’autopartage dit « en boucle de réservation » est une solution alternative à l’asphyxie de voitures et aux difficultés de déplacement. Certaines communes (comme par exemple notre voisine de la Celle Saint Cloud) ont déjà testé ce type de solution et, après un premier retour d’expérience positif, ont décidé de le pérenniser et de le développer. Une piste intéressante pour les Marlyportains ?


Isabelle de Terves, Anne Vouters, Bruno Le Picard, Jean Guéry.

Pour nous joindre :
Jean Guéry
Tél. : 01 39 16 61 83
jean.guery@free.fr


Groupe majoritaire (Continuons à progresser ensemble)

Port-Marly, notre ville :     

La face positive, la Seine et ses rives, l’île, 

La face sombre, les deux voies à circulation intense, qui répondent à des besoins nationaux et dont nous subissons quotidiennement les nuisances. 

Pour répondre à cette situation, depuis longtemps déjà, nous avons mis en place une double stratégie : 
-    Valoriser notre potentiel autour du fleuve (passerelle, parc de l’île, chemin de Halage,  aménagement des Mails)
-    Lutter contre les graves désagréments suscités par la présence de ces deux voies. 

Longtemps, nous avons été seuls dans ce combat inégal, puisque les décisions ne dépendent pas de nous, sont liées à la création de nouveaux axes et supposent donc des investissements énormes. 

Nous avons déjà fait valoir les résultats d’une étude réalisée par nos soins sur la pollution sonore. Nous avons obtenu, difficilement, la mise en place d’un radar, route de Versailles, pour améliorer la sécurité des personnes. Nous avons régulièrement invité sur les deux sites, pour constat, toutes les personnalités en responsabilité : Préfet, Sous-Préfet, présidents de Conseil Régional et Départemental… tous conscients du problème. 

Tout espoir n’est pourtant pas banni. Le contexte change. D’abord les préoccupations écologiques de plus en plus présentes dans la société ouvrent de nouvelles perspectives à nos revendications. Ensuite, et surtout, nous ne sommes plus seuls. Les villes de Bougival et Louveciennes sont présentes à nos côtés dans ce combat, et nous appartenons désormais à une Communauté d’Agglomération importante dont la voix aura sûrement plus d’écho que celle d’une petite ville. Les deux présidents des Communautés d’Agglomérations, Saint Germain Boucles de Seine et Versailles Grand Parc ont adressé un courrier commun au Préfet des Yvelines sur ce sujet. 

Le combat continue. Il nous concerne tous, sans distinction de groupes au Conseil Municipal. C’est ensemble que nous devons le mener pour la sécurité de nos concitoyens et l’amélioration de leur cadre de vie.


L'équipe de Continuons à progresser ensemble.


 

ACCÈS DIRECT