Tribune d'expression politique

 

Groupe Port-Marly Autrement

La vidéo-protection arrive enfin au Port-Marly. Nous nous en réjouissons, nous qui avions dès 2014 demandé que les Marlyportains soient mieux protégés. Mais hélas, trois fois hélas, les Marlyportains seront déçus :
•      La couverture des caméras n’est hélas pas suffisante : 15 caméras ont été décidées alors que la commission Sécurité (*) en a décidé 3 de plus et notre analyse depuis, montre qu’il faudrait en rajouter cinq. Hélas, il manque donc 8 caméras pour un optimum de couverture. De plus les 15 caméras ont été implantées aux « entrées et sorties de ville, lieux isolés, bâtiments communaux » (extrait délibération), autrement dit les commerçants et les particuliers (**) qui attendaient d’être mieux protégés en seront pour leur frais. L’entretien annuel du dispositif coûterait 23 k€ par an pour 15 caméras soit 35 k€ par an pour 23 caméras.
•      Madame le maire a choisi de mettre des agents derrière les écrans pour une surveillance en temps réel pour un coût de main d’œuvre annoncé de 60 k€ mais hélas pour une partie de la journée qui n’est pas forcément celle où se commettent le plus de crimes ou délits. Le coût pour une surveillance en temps réel 24h/24 serait de 160 k€ par an d’après nos calculs.
•      Qui dit surveillance en temps réel dit intervention immédiate, sinon à quoi bon parler de prévention ! Hélas, les forces de la police nationale sont déjà débordées et les agents compétents et zélés de notre police municipale ne peuvent pas suffire à couvrir toute l’amplitude nécessaire compte tenu de la législation sur le temps de travail en vigueur. Pour assurer une capacité d’intervention effective pendant le temps de surveillance prévu dans le projet, le budget annuel devrait être porté a minima à 180 k€ (en intégrant les salaires annuels de deux policiers municipaux actuels), voire à 400 k€ si on veut couvrir l’amplitude 24h/24 et 7j/7.
En conclusion nous considérons que la voie de la surveillance en temps réel sur laquelle s’engage la majorité municipale est inadaptée et coûteuse, voir potentiellement très coûteuse si on poursuit la logique jusqu’à envisager une surveillance active 24h/24 et 7j/7. Il nous semble plus efficace et raisonnable de :
•      Réserver l’usage en mode actif des caméras à certaines situations particulières et ponctuelles relevant de la gestion urbaine de proximité : évènements exceptionnels (crue, manifestation sur la voie publique…) et sortie des écoles.
•      Augmenter le nombre de caméras : l’investissement en est bien subventionné, tant l’Etat soutient ces projets qui lui permettent de se désengager.
•      Equiper la police municipale et assurer sa présence sur le terrain pour intervenir en temps réel plutôt que de mobiliser des fonctionnaires derrière les écrans !
•      Prévoir un retour d’expérience au bout de 24 mois pour décider si ce mode de fonctionnement est satisfaisant ou s’il est nécessaire de passer à la vidéo-protection avec surveillance en temps réel.

(*)    Encore un triste exemple de gouvernance de la mairie qui réunit sa commission après avoir envoyé le dossier à la Préfecture !
(**) 1 seule caméra est prévue pour répondre aux 50 pétitionnaires de novembre 2016 qui attendent toujours leur réunion promise par madame le maire !

Isabelle de Terves, Anne Vouters, Bruno Le Picard, Jean Guéry.

Pour nous joindre :
Jean Guéry
Tél. : 01 39 16 61 83
jean.guery@free.fr


Groupe majoritaire (Continuons à progresser ensemble)

Promesse tenue : la vidéoprotection  opérationnelle début 2019 !

L’équipe majoritaire rassemblée autour de Madame le Maire veille méthodiquement à tenir les engagements pris devant les Marlyportains, parmi lesquels figurait l’installation de caméras de vidéoprotection. Dix-huit caméras seront ainsi mises en service en janvier 2019, reliées en temps réel au moins douze heures sur 24 au centre de surveillance urbain que nous avons mis en place avec la Ville de Croissy sur Seine… Promesse tenue !
La vidéosurveillance est-elle utile ? Efficace ? Dangereuse ? Rarement un outil de prévention de la délinquance, de surveillance, de supervision et de protection aura suscité tant de débats autour de sa mise en œuvre. Rarement également un outil aussi débattu aura connu un tel succès, un tel développement, et finalement, un tel niveau de demande des citoyens.
Le Port-Marly ne fait pas exception à la règle, et une fois encore, en dépit de plusieurs heures de concertation approfondie, d’une visite d’une installation existante dans le Val d’Oise pour bénéficier d’un retour d’expérience, d’un débat de fond en commission puis en conseil municipal, le consensus que l’on pouvait espérer autour de cet enjeu n’est pas au rendez-vous : la minorité municipale se cantonne encore et toujours dans la critique systématique, les déclarations d’intention, les insinuations… les Marlyportains apprécieront ! Le feuilleton médiatique du mois de juillet autour de l’affaire « BENALLA » le démontre, la sécurité reste une affaire de professionnels, et c’est donc avec rigueur et professionnalisme que notre futur système de vidéoprotection a été conçu : adapté à notre taille, adapté à nos problématiques, adapté à nos possibilités financières.
Fallait-il installer des caméras à chaque coin de rue comme certains esprits chagrins semblent le réclamer ? Fallait-il installer des caméras sans personne pour visionner les images ? À l’évidence non, une caméra n’a jamais arrêté seule l’auteur d’une infraction. Elle fournit des éléments qui permettent de détecter un évènement et de déclencher une intervention dans des délais plus brefs et aux forces de l’ordre de se montrer plus efficaces.
À l’aube d’une nouvelle année scolaire, sortons des débats stériles : dans ce dossier comme dans tous les autres, notre seul souci a été de concevoir un dispositif utile pour les Marlyportains à un coût raisonnable. Comme tous les outils, il sera évalué, contrôlé, amélioré et adapté pour parvenir au nécessaire équilibre entre glaive et bouclier, entre sécurité et liberté.

François Roussel-Devaux,
Adjoint au Maire, à l’Urbanisme et à la Sécurité


 

ACCÈS DIRECT